Un réveillon en vert

Un réveillon tout végétalien, c’est possible ? Tout à fait et c’est même délicieux. Les Végans presque parfaits l’ont testé quelques semaines avant Noël question de pouvoir partager leurs recettes à temps.

Thème imposé : la tradition !

Apéro : MariÈve

MariÈve a voulu proposer une assiette semblable au traditionnel plateau de fromage et charcuteries.  Plusieurs recettes ont été piqués dans le nouveau livre de Crudessence : des recettes rapides et simples à effectuer mais non pas moins originales et savoureuses : la forestière à l’aneth  qui ressemble drôlement au Pâté champignon Grenoble est disponible sur leur site. La seule modification que Mariève a apporté à la recette du livre c’est de cuire et de tiédir les champignons.  Elle a aussi choisi des shitake, avant des les intégrer aux autres ingrédients et passer le tout au robot culinaire.  Le fait de cuire les champignons donnent un pâté incomparablement plus savoureux!

MariÈve s’est aussi inspirée de Post Punk Kitchen et opté pour la version non cuite de leur Olive lentil burgers.  Ce qui a donné comme première idée, un délicieux pâté de lentilles et olives noires.  Le seul changement apporté, remplacer l’estragon par le romarin… parce qu’elle a un énorme plant intérieur (qui lui servira de sapin de Nowel) et aussi pour faire plaisir à Christian).  La beauté de cette recette c’est que s’il vous en reste vous façonner des boulettes pour des burger rapide le lendemain!

Côté fromage, c’est le crémeux de noix de cajou lui aussi inspiré de Crudessence que nous avons dévoré. C’est aussi avec ce semblant de fromage que Mariève a fourré des dattes Medjol et garni chacune d’une mince tranche de pomme.  Une bouchée végane divine… rien à voir avec le Phili!😉

Fromage crémeux de noix :

  • 150g de noix de cajou cru
  • 60ml d’eau
  • 1 c. à thé de miso
  • 1 c. à thé de jus de citron
  • Sel
  • 12 dattes Medjol
  • 12 minces tranches de pomme rouge

Faire tremper les noix de cajou 4 heures, rincer et passer au robot avec le miso et l’eau.

Mettre dans un bol et couvrir d’une pellicule plastique et bien sceller.  Laisser fermenter 12 heures à la température de la pièce puis ajouter le jus de citron et le sel.  Se garde au frigo maximum 10 jours.

On a aussi goûté à la ricotta de macadam.  Pas mal!

Au robot, passer :

  • 1 tasse de noix de macadam
  • ajouté 1/2 tasse d’eau,
  • du jus de citron, du sel, du poivre et de l’ail.

Mélanger jusqu’à avoir une texture crémeuse mais légèrement granuleuse.

Ce plateau végan était accompagné des crackers à l’huile d’olive de Josée di Stasio.  Vraiment bons.  Et parce que les pâtés et fromages sont « bruts » le craquelin maison est de mise!  Tous les deux se marient parfaitement.

Entrée : MariÈve

Maki au tofu et shitake 

Des makis végans au réveillon.  Pas très Noël… Et pas très tradition. Mais Mariève s’est dit que les sushis sont assez populaires et que personnellement j’ai un oncle qui nous reçoit au sushi chaque jour de l’an… En plus on offre une alternative, sans poisson avec goût de la mer, au saumon fumé et mousse de crevettes !.

On trouve une version similaire disponible sur le site de l’association manger santé bio.  La garniture a été quelque peu modifiée pour le réveillon VPP:

Garniture du maki du temps des fêtes:

Shitake sauté, avocat citronné, carotte râpée, tofu au tamari, laitue émincée et germination d’oignon.

Plat principal : Élise

Un réveillon sans tourtière, c’est comme un Noël sans neige. L’hiver dernier, Élise a découvert la tourtière de millet des Co’pains d’abord et rêve depuis de faire encore mieux ! Comment ? En déconstruisant la chose, parce que dans une tourtière, la somme des parties est plus grande que le tout (on vous explique ça dans un instant).

Tourtière déconstruite et purée de chou-fleur

D’abord, la croûte. Des mois de recherche pour trouver la croûte à tarte parfaite. On la veut légère et feuilletée. Veganomicon a trouvé le secret.

  • 1 1/2 tasse de farine tout usage
  • 1 càtb de sucre
  • 1/2 càt de sel
  • 2/4 càt de poudre à pâte
  • 1/3 tasse de margarine Earth balance au goût de beurre (il faut ce qu’il faut…)
  • 1/4 tasse eau
  • 2 càt de vinaigre de cidre

Refroidir tous les ingrédients (même la farine!). Bien mélanger (en utilisant le robot, simplement) et ajouter l’eau et le vinaigre de cidre doucement. Former une boule et réfrigérer une heure.

C’est ici que ça devient intéressant. Manger de la pâte mouillée, c’est jamais agréable. En démontant la tourtière – soit en faisant cuire la pâte et la garniture séparément-, on s’assure d’avoir une croûte bien croustillante.  ll s’agit simplement d’étendre la pâte sur un papier parchemin (on veut une pâte bien mince). On recouvre ensuite cette pâte d’un autre papier parchemin huilé, le côté huilé sur la pâte et on dépose le tout sur une plaque à biscuits. Pour éviter que la pâte ne fasse des bulles en cuisant, on peut étendre une tasse de fèves sur toute la surface de la pâte, puis on cuit au four à 350 environ 12 minutes. Ensuite, on retire les fèves et le papier parchemin du dessus et on poursuit la cuisson jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. On laisse refroidir.

La tourtière

  • 1/2 tasse de millet rincé
  • 2 càtb d’huile d’olive
  • 1/2 oignon rouge haché finement
  • 3 gousses d’ail hachées finement
  • 1/2 tasse de cèpes (achetez-les déshydratées et conservez l’eau de trempage)
  • 1/2 tasse de champignons de Paris
  • 1/2 tasse de graines de tournesol crues
  • 1/2 asset de flocons d’avoine non cuits
  • 2 càtb de tamari
  • 3 càtb de  levure alimentaire
  • 2 c à thé de thym séché
  • 1 c à thé de sauge séchée
  • 1 c à thé de basilic séché
  • 1 c à thé de persil séché
  • 1/2 c à thé de piment de la jamaique
  • poivre de Cayenne, au goût.

Rincer le millet et cuire dans une tasse d’eau (environ 20 min).
Dans une grande casserole, faire sauté les oignons et l’air dans l’huile jusqu’à ce que les oignons soient transparents. Ajouter les champignons et cuire environ 5 minutes. Ajouter tous les autres ingrédients, bien mouiller avec l’eau de trempage des champignons et cuire une vingtaine de minutes. Ajouter du vin blanc, du bouillon de légumes ou de l’eau au besoin. La « viande » doit être assez sèche et bien se tenir.

(dé) montage

On fait de petits copeaux de pâte qu’on alterne avec un peu de « viande ». On peut le faire à la verticale ou à l’horizontale comme l’a fait Élise. Élise avait décoré avec des canneberges un peu cuites dans l’eau sucrée et des brindilles de thym.

Les puristes pourront simplement étendre la pâte dans une assiette à tarte, la recouvrir du mélange, rajouter une abaisse et mettre tout ça au four 30 minutes. Ils auront quand même pris soin de ne pas trop cuire le mélange dans la casserole pour le laisser très humide.

Le tout était accompagné de la divine purée de chou-fleur de Marc-André Jetté. Le lait de vache avait évidemment été remplacé par du lait végétal (ici, du lait de riz).

Dessert : Frédéric

Noël ne serait pas Noël sans bûche. Et grâce à Frédéric, on a eu LA bûche. Comme celle de nos grands-mères, comme celles qu’on voit dans les comptoirs des pâtisseries sans oser s’en approcher. Et tellement bonne qu’on en redemande une part même si on sait que c’est de la gourmandise… La recette est inspirée de Vegan good things qui elle-même était inspirée d’Épicurious. Nous traduisons la recette ici, mais jetez un oeil à Vegan good things qui a pris plein de photos de la marche à suivre

Bûche épicée avec glaçage à l’orange et ganache de chocolat.

Pour le gâteau :
  • 1 tasse de farine à pâtisserie
  • 1 càt de poudre à oâte
  • 1càt de cannelle moulue
  • 1/2 càt de piment de la Jamaïque moulu
  • 1/4 càt de clous de girofle moulus
  • 1/8 càt sel
  • 1/2 tasse de lait végétal
  • 1 t. de sucre
  • 3 càtb. de graines de lin moulues mélangées avec 6 c à tb d’eau (équivalent de 3 oeufs)
  • 1 càt d’extrait de vanille
  • Sucre à glacer

Pour le glaçage:
  • 1 paquet de 8 oz de fromage à la crème végétalien, à température pièce
  • 3/4 t de Earth balance à température pièce
  • 1/4 t de jus d’orange frais
  • 1 càtb de zeste d’orange
  • 2 càt d’extrait de vanille
  • 3 tasses de sucre à glacer.
Pour la ganache :
  • 8 oz chocolat végan mi-sucré coupé en petits morceaux;
  • 3/4 tasse de crème végan
Pour faire le gâteau:
1. Préchauffer le four à 375. Beurrer un moule de 15X10X1 po.  Étendre un papier parchemin au fond, beurrer le papier parchemin.
2. Mélanger les 6 premiers ingrédients dans un bol
3. Réchauffer le lait dans une casserole à feu moyen jusqu’à 150F.
4. En utilisant un mélangeur électrique, battre le sucre, les graines de lin et l’eau environ 5 minutes. Ajouter la vanille et le zeste, continuer de battre et ajouter le mélange de farine jusqu’à ce que le tout soit homogène. Ajouter le lait chaud en continuant de battre puis étendre dans le moule beurré.
5. Cuire le gâteau environ 10 minutes. Placer un linge à vaisselle sur une surface plane, le couvrir d’un papier parchemin et ajouter un peu de sucre à glacer. Avec un couteau, détacher doucement le gâteau bien chaud de son moule. Démouler sur le papier parchemin et détacher le papier du dessus du gâteau. À partir du côté le plus long et en utilisant la serviette, rouler le gâteau délicatement. Laisser refroidir.
Pour faire le glaçage
1. Mélanger les cinq premiers ingrédients au batteur électrique jusqu’à consistance onctueuse. Ajouter graduellement le sucre.
2. Couvrir et réfrigérer 45 minutes.
3. Dérouler le gâteau, enlever la feuille de parchemin du dessus.
4. Étendre 2 tasses de glaçage sur le gâteau et le rouler de nouveau, en mettant le joint en dessous. Placer sur un plateau.
Pour la ganache
1. Mettre le chocolat dans un bol.
2. Faire chauffer la crème jusqu’à ce qu’elle soit sur le point de bouillir et la verser sur le chocolat. Mélanger. Laisser refroidir une minute et étendre sur le gâteau avec une spatule.
3. Étendre sur le gâteau. Dessiner l’écorce avec une fourchette. Décorer d’un peu de sucre à glacer.
Joyeuses fêtes!

Sixième souper style tapas (avec invités spéciaux)

Il y a quelques semaines, Josée, exaspérée des risottos écrivait qu’il était assez difficile pour un végétarien de bien manger à Montréal. En parlant des chefs, elle disait : « enlevez-leur les protéines animales et ils deviennent analphabètes, et j’oserais dire… impuissants. L’ITHQ ne leur a pas montré comment apprêter un repas équilibré sans avoir du sang sur les mains ».  Son commentaire n’est pas tombé dans l’oeil d’une aveugle : MariÈve lui a immédiatement proposé de participer à un de nos soupers pour qu’on lui montre toute la puissance des végétaliens.

C’était donc notre sixième souper. On a fait le tour, chacun s’est déjà invité…  Qu’est-ce qu’on fait ? Un souper style tapas pour ainsi nous remémorer les « best of » de nos cinq derniers repas ( sauf pour MariÈve qui est incapable de refaire deux fois la même recette!)…

Au menu :

calmars frits sans calmars ni friture de Dominique

– double entrée: gaspacho de concombres et ananas (recette provenant du livre Raw Food Real World) proposée par Frédéric servie avec salade de betteraves du sri lanka de Dominique.

Petits pains de seigle de Martin (c’était le prix à payer pour pouvoir rester à souper)

 Tartare de girolles inspiré du livre d’Apollo Ceci est un livre de recettes et juliennes de frites croustillantes de MariÈve

Le Vert de Patrice Demers « véganisé » d’Élise

Tartelette crue au chocolat et bleuets  sauvages.

Seul rappel du premier souper de MariÈve: une barre tendre aux dattes à offrir aux invités pour que le souvenir du souper VPP se poursuive jusqu’au lendemain en collation😉.

Si on a fait tout notre possible pour montrer à Josée que les végans savaient bien se débrouiller en cuisine, elle est toutefois restée sur son appétit sur la question des performances sexuelles des végétaliens. Des volontaires ?

(et désolés les amis, pas de photos… la carte mémoire a décidé de tout digérer…)

Souper NoriCroquante en photos

Dimanche dernier, j’ai réservé ma journée pour préparer le menu 7 services pour recevoir pour souper Dominique, Frédéric, Élise et Marie-Ève à mon appartement. D’ailleurs, j’ai eu la chance d’avoir Marie-Ève comme aide-cuisinière pour les derniers préparatifs avant l’arrivée des autres invités.

La table est prête pour l'arrivée des invités.

Décoration de table avec riz à sushi, algues et branche de sureau.

Je les ai accueillis avec un thé vert Kamaïricha, un thé que j’apprécie, et des craquelins. J’ai, par contre, réalisé que servir un thé Japonais à des invités lorsque je suis concentrée à la fois à la cuisine et à la discussion avec les convives est plus compliqué que je croyais!

Craquelins de graines au wasabi et umeboshi

Maintenant, il est temps de passer à la table!

Cocktail de melon d'eau, sencha Nagashima et saké (photo: BrutAlimentation)

Crème de wakamé et nori laver aux pignons de pin (photo: Frédéric Lago)

C’est le temps d’ouvrir une bouteille de Saké NihonSakari Daï-Ginjo bien froid. Ce saké était absolument délicieux!

Yakitori d’aubergines et sa crème avo-mangue au yuzu (Photo: Frédéric Lago)

Osobas au yuzu et crème de wasabi (photo: Frédéric Lago)

Okonomiyaki qui ont fait fureur! (photo: Frédéric Lago)

Salade d'aramés, daïkon mariné et concombre (photo: Frédéric Lago)

Shitakés et armillaires de miel au yuzu kosho et moutarde (un délice!) (photo: Frédéric Lago)

Crème glacée au matcha / Granité de melon d'eau, fraises et basilic mauve / Coulée de figues (Photo: Frédéric Lago)

Un peu de prise de photos tout au long de la soirée... (Merci aux photographes!)

Et merci à Frédéric pour sa tenue vestimentaire thématique.🙂

Les recettes des plats de la soirée suivront très bientôt!

À bientôt équipe Végans Presque Parfaits pour un autre joyeux moment!

Menu du 5e souper

Il me fait plaisir de vous dévoiler le menu de cette soirée à thématique japonaise. L’attente est maintenant terminée; enfin presque, il reste à goûter ce soir!

Arrivée:
thé vert Kamairicha

– Galettes de graines au wasabi et umeboshi.

Entrée:
Cocktail de melon d’eau, saké et sencha Nagashima

– Crème de wakamé et pignons de pins

Plats principaux:
Saké NihonSakari Daï-Ginjo

– Salade d’aramés, daïkon mariné et concombre
– Okonomiyaki et ses sauces de wasabi et sésame
– Osobas au yuzu et érable
– Yakitori d’aubergines et sa crème avo-mangue au yuzu
– Champignons shitaké et armillaires de miel au yuzu kosho

Desserts:
Sayori Nigori Saké

– Granité de melon d’eau et fraise au basilic mauve
– Crème glacée de matcha
– Coulée de figues dalmaties

Au plaisir de vos papilles chers convives VPP!🙂
Photos et vidéos suivront très bientôt!

Préparation en prévision du souper VPP de demain…

C’est demain que je recevrai toute l’équipe VPP chez-moi!
Il me reste quelques courses de dernière minute à faire et je me lance peu à peu dans la préparation.

Cette semaine, avec l’aide de Marie-Eve BrutAlimentation, j’ai testé quelques plats. Nous avons vraiment très bien mangé!😉

La suite très bientôt!🙂

Avant-goût du souper de NoriCroquante

Le prochain souper au lien chez-moi, NoriCroquante, le 14 août. La date approche à grand pas!

Avant goût du menu qui sera sous inspiration japonaise:

– Il y aura des thés. J’ai fais des provisions.
– Il y aura des algues. J’ai fais des provisions.
– Il y aura du yuzu, du wasabi et de l’umeboshi. J’ai fais des provisions.
– Il y aura du chanvre. J’ai fais des provisions.
– Il y aura du saké. Je fais des provisions.
– Il y aura des beaux plats. J’ai fais des provisions.
– Il y aura plus de 3 plats pour chacun des invités.
– Il y aura des baguettes!
– Il y aura des plats chauds, froids et glacés!

Je n’en dis pas plus…!
Je commence à avoir trop hâte!

CHROMA – Souper coloré chez Frédéric

PRÉPARATIFS

L’été bien installé, je me devais de rafraîchir autant que possible les invités de ce quatrième souper. Je m’étais imposé un thème : la couleur. Premières impressions quelques mois avant le souper : les idées fourmillent, lecture inspirante du livre de Colleen Patrick-Goudreau Color Me Vegan suggéré par Dominique. Bref, confiance à l’horizon. Mes impressions à une semaine du souper : confusion devant les multiples choix, correspondance difficile entre couleur et saveur, défi et excitation en perspective.

Le dessert s’est imposé comme premier choix. Je voulais une note fraîche. Ce sera donc une verrine de fraises et basilic aux accents de limoncello (couleur rouge).

Puis j’avais envie de proposer une entrée légère et froide. Mon choix s’est porté sur un duo de gaspacho concombres et ananas (Aux Vivres, ils proposent parfois une variante aux tomates ou aux concombres et mangues) et d’une ceviche de champignons portobello avec avocats et jus de lime (duo vert).

Donc, on dit : limoncello, goût citronné, ceviche au parfum de lime… Voilà! Mon lien pour ce repas : les agrumes. Il ne me restait plus qu’à dénicher un plat principal aux accents… d’orange : pourquoi pas tempeh frit nappé d’un glacé à l’orange accompagné de quinoa parfumé à l’ail et de feuilles d’amarante (couleur orange).

Les couleurs et les saveurs une fois déterminées, j’étais impatient de tester ces recettes et d’accueillir mes invités VPP.

LA SOIRÉE

Lieu : chez Frédéric. Contexte : chaleur, humidité et ventilateurs en ce début de mois de juillet.

Avec un bon verre de vin blanc en main, nous débutons donc le souper.

La gaspacho et la ceviche se marient à ma grande surprise très bien (précision : ce n’était que la deuxième fois que je cuisinais ce duo). Le goût légèrement sucré de l’ananas dans la soupe amène un beau contrepoint au goût bien présent de la lime dans la ceviche (par rapport à la recette initiale de cette dernière, j’ai réduit la quantité de lime et augmenté le quantité d’avocat). Pour la gaspacho, j’ai été généreux sur la coriandre et décidé de garder uniquement 1/2 tasse d’ananas et 1/2 tasse de concombres découpés très fin pour qu’il y ait quelques morceaux mais qu’ils ne gâchent pas l’onctuosité de la soupe. Le vin blanc, que mon conjoint Christian (invité non surprise) nous a présenté, convenait très bien à cette fraîcheur (merci au passage pour cette belle découverte/suggestion à Tristan de la SAQ situé au coin Saint-Laurent et Des Pins).

Le moment qui comportait le plus d’inconnu était le plat principal puisque c’était la toute première fois que je le faisais. Le tempeh glacé à l’orange m’a ravi (parfum à l’orange généreux et texture bien grillée). La terrine de quinoa, préparée la veille, était bien mais dialoguait peu avec le reste du plat. Par contre, les feuilles d’amarante, que j’ai légèrement blanchies, furent une belle découverte. J’ai d’abord eu en tête des épinards, mais la suggestion des filles du marché extérieur Les bontés de la Vallée (coin Laurier et Fabre) fut très concluante. Côté vin rouge, petite déception : l’accord n’était pas assez riche à mon goût.

Enfin, les verrines fraises et basilic au limoncello ont permis de clore ce souper sur une note délicieusement estivale (de magnifique fraises toujours du marché Les Bontés de la Vallée) et de discuter du futur de notre blogue.

Qu’est-ce que les invités ont pensé de leur souper? Vous le découvrirez comme moi dans les futurs commentaires. Ce fut un plaisir de vous recevoir chères VPP et à très bientôt pour le cinquième souper chez Line.

Crédits photos: Marieve et Dominique

Voici un complément vidéo tourné lors du quatrième souper VPP.